COGNOM:   OUZERI
NOM:   Brahim
DATA DE NAIXEMENT:   23/01/1968
SEXE:   Masculí
CIUTAT DE RESIDÈNCIA:   Bouinan, dans la wilaya de Blida.
NACIONALITAT:   Algerienne
Dades sobre la desaparició
DATA DE LA DESAPARICIÓ:   24/07/1997
LUGAR DE LA ARRESTACIÓN:   arrêté à son domicile, sis au n°84, dans la localité d’El Hasseinia, à Bouinan, dans la wilaya de Blida.
FORCES CONSIDERADES RESPONSABLES DE LA DESAPARICIÓ (FORCES GOVERNAMENTALS O DEPENENT DIRECTA O INDIRECTAMENT DE L'ESTAT):   militaires de l’Armée Nationale Populaire (ANP) de Bouinan.
RELAT DE LA DESAPARICIÓ SEGONS ELS TESTIMONIS:  

Brahim Ouzeri travaillait comme menuisier et vivait avec sa famille à El Hasseinia, localité de la commune de Bouinan. Il était âgé de 26 ans le jour de sa disparition.

Le 24 juillet 1994, des militaires de l’Armée Nationale Populaire (ANP) de Bouinan, armés et en tenue officielle, ont fait irruption dans la maison de la famille Ouzeri vers une heure du matin en escaladant les murs de la propriété. Ils étaient menés par leur capitaine nommé Angar et leur lieutenant connu sous le nom de Rambo.

Après avoir demandé à voir Brahim, ils l’ont arrêté, en disant à ses parents qu’ils voulaient lui poser des questions et qu’ils le libéreraient après. Ce jour-là, ils ont également arrêté le voisin de la famille, Hakim Z., qui a été libéré par la suite et a pu témoigner sur ses conditions de détention.

Ne voyant pas son fils revenir, le père de Brahim est allé le chercher le lendemain matin à la caserne militaire ainsi qu’à la gendarmerie de Bouinan, où on l’a informé que Brahim avait été transféré au Centre territorial de recherche et d’investigation (CTRI) de Blida (aussi appelé Haouch-Chnou).

Hakim Z., qui a été emprisonné pendant trois semaines dans ce centre,  affirme y avoir vu Brahim avant d’être libéré. Par ailleurs, d’autres personnes disent l’avoir vu dans la prison d’Aïn Oussara, dans la wilaya de Djelfa, vers 2001-2002.

Ce sont les dernières informations que la famille Ouzeri a recueillies sur lui. Depuis, aucun signe de vie.

 

INICIATIVES DE LA FAMÍLIA:  
  • Plainte déposée par le père du disparu le 13 mai 1996 auprès du Procureur de la République près le tribunal militaire de Blida.
  • Plaintes adressées par le père du disparu au chef du gouvernement (le 27 septembre 2000) et au président de la république (le 3 mars 2003).
  • Plainte adressée par le père du disparu le 24 septembre 2003 au Président de la Commission Nationale Consultative de Promotion et de Protection des Droits de l’Homme (CNCPPDH).
  • Plainte adressée par le père du disparu le 18 février 2003 au Ministre de la Justice.
  • Demande de constat de disparition adressée au tribunal de Boufarik le 4 août 2004.
  • Le 9 mai 2007 le père du disparu a redéposé des plaintes auprès du Procureur de la République près du tribunal de Blida, du Président de la République, du Ministre de la Justice et de la CNCPPDH.
RESPOSTES DE LES AUTORITATS:  

Après toutes les démarches effectuées auprès des autorités, le père a été convoqué le 16 juin 1999 au Tribunal Militaire de Blida, où il a été interrogé sur son fils.

Néanmoins, cet interrogatoire n’a abouti à aucun résultat.

 

Dades de l'informe
ORGANITZACIÓ:   Collectif des Familles de Disparu(e)s en Algérie
DIRECCIÓ DE L'ORGANITZACIÓ:   112 rue de Charenton 75012 - Paris-France
DATA DE L'INFORME:   21/05/2015