COGNOM:   SAÏDI
NOM:   Abdenour
DATA DE NAIXEMENT:   18/09/1964
SEXE:   Masculí
CIUTAT DE RESIDÈNCIA:   Kouba
NACIONALITAT:   Algerienne
Dades sobre la desaparició
DATA DE LA DESAPARICIÓ:   12/03/1995
LUGAR DE LA ARRESTACIÓN:   dans la rue, à Kouba
FORCES CONSIDERADES RESPONSABLES DE LA DESAPARICIÓ (FORCES GOVERNAMENTALS O DEPENENT DIRECTA O INDIRECTAMENT DE L'ESTAT):   policiers armés
RELAT DE LA DESAPARICIÓ SEGONS ELS TESTIMONIS:  

Abdenour était dessinateur mais travaillait en tant que magasinier dans une pharmacie proche de sa maison. Il vivait avec sa famille dans l’école Benazzouz Abdelaziz située dans le quartier Parc Ben Omar, à Kouba. Abdennour était un homme tranquille qui s’occupait beaucoup de sa mère.

Le matin du 12 mars 1995, Abdenour,  en sortant du domicile familial - un logement de fonction dans l’école Benazouz Abdelaziz -, a rencontré un ami à lui qui enseignait dans cette école. Il s’est dirigé vers lui pour lui dire bonjour quand 3 voitures : une Renaut 4 dont les vitres arrières étaient recouvertes de papier aluminium, une autre Renaut 4 et une Daewoo grise, se sont arrêtées à son niveau.

Trois policiers armés et en civil sont descendus de la première R4 et se sont jetés sur lui et l’ont frappé avec le crosse de leur arme. L’un l’a l’attrapé par-dessous les bras, l’autre par les jambes avant de le jeter à l’arrière de la R4. Les policiers étaient munis de talkie-walkie pour communiquer entre eux. C’est la voisine de la famille, enseignante dans cette même école qui a assisté à la scène et a couru chez les Saïdi pour les mettre au courant de l’arrestation d’Abdenour. Sept autres personnes ont été arrêtées ce même jour.

Le père d’Abdenour s’est rendu à la pharmacie où son fils travaillait pour vérifier s’il y était. Voyant qu’en effet il n’y était pas, il s’est rendu au commissariat de Kouba. Les agents du commissariat ont nié être impliqués dans l’arrestation d’Abdenour.

Le lendemain, le père s’est rendu au commissariat de police d’Hussein Dey. Il a alors vu une voiture  blanche de marque R4 stationnée dans le parking de la sûreté de la daïra d’Hussein Dey. Des témoins de l’arrestation d’Abdenour avaient relevé l’immatriculation donc elle était facilement reconnaissable. Le père est alors entré dans le commissariat pour demander des informations sur son fils, mais les policiers l’ont jeté dehors.

Deux jours après, le père d’Abdenour est retourné au commissariat de Kouba pour déclarer la disparition de son fils. Les policiers ont dressé un procès-verbal et lui ont fait signer le document.
Quarante-cinq jours plus tard, le père d’Abdenour s’est rendu à la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) d’Hussein Dey sans parvenir à savoir où était son fils et comment il allait.

A la fin du mois d’août 1995, la famille a entendu une rumeur selon laquelle Abdenour a été emmené au centre du DRS à Châteauneuf juste après son arrestation.
 

INICIATIVES DE LA FAMÍLIA:  
  • La famille d'Abdenour  s’est rendue dans toutes les casernes et les prisons : El Harrach, Serkadji, Lambèse-Tazoult, et le centre du DRS à Châteauneuf et au commissariat central d’Alger, dit la montagne. Elle a pu entrer aussi à la prison de Tazoult. Le plus souvent ils les ont engueulés et insultés.
  • Plaintes au Président de la République et les Procureurs des tribunaux d’Alger et de Hussein Dey  le 15/11/1995.
  • Lettres au Ministre de la Justice et au Ministre de l’Intérieur.
  • En 1996, la famille a envoyé des plaintes au président de la République, au Procureur d’Alger et au Ministre de la Justice
  • La famille a aussi contacté l’ONG Amnesty International.
     
RESPOSTES DE LES AUTORITATS:  

Aucune.

No
Dades de l'informe
ORGANITZACIÓ:   Collectif des Familles de Disparu(e)s en Algérie
DIRECCIÓ DE L'ORGANITZACIÓ:   112 rue de Charenton 75012-Paris-France
DATA DE L'INFORME:   08/06/2015