COGNOM:   SAIFI
NOM:   M'hamed
DATA DE NAIXEMENT:   01/01/1932
SEXE:   Masculí
NACIONALITAT:   Algerienne
Dades sobre la desaparició
DATA DE LA DESAPARICIÓ:   30/07/1994
LUGAR DE LA ARRESTACIÓN:   dans la rue sis la Commune Hamdania, Wilaya de Médéa
FORCES CONSIDERADES RESPONSABLES DE LA DESAPARICIÓ (FORCES GOVERNAMENTALS O DEPENENT DIRECTA O INDIRECTAMENT DE L'ESTAT):   l'APN (Armée Populaire Algérienne)
RELAT DE LA DESAPARICIÓ SEGONS ELS TESTIMONIS:  

 Le 30 Juillet 1994, comme chaque soir la famille Saifi ferme son restaurant à 17h30 à cause du couvre-feu et pour leur sécurité. Ils étaient sur le chemin du retour pour rentrer chez eux  lorsque des militaires en uniformes officiels en patrouille à bord de véhicules blindé ainsi que des chars, les ont arrêtés. Les militaires étaient au nombre de huit et avaient avec eux une liste. Ils  ont ordonné aux trois membres de la famille Saifi, M’Hamed, Mahfoud et Mustapha de s’allonger à plat ventre dans les chars.

10 personnes en tout ont été arrêtées ce soir là sur la route de  Hamdania : Abdellah El Hadj Mohamed et son cousin du même nom Abdellah El Hadj Mohamed, Sahib Abdelhamid, Safidinne Rachid, Ykhlef Ahmed, Ykhlef   Kioueche, Abdellah El Hadj Mahdi, ainsi que les trois membres de la famille Saifi. Leurs familles ne se sont pas  inquiétées car elles avaient l’habitude de ce type d’arrestation et pensaient que leurs proches  allaient être vite relâchés. Les militaires ont perquisitionné la maison de Saifi le lendemain de son arrestation et ils ont insulté la famille.

Deux mois plus tard trois personnes ont étaient relâchés : Ykhlef Ahmed, Ykhlef Kioueche et Abdellah El Hadj Mahdi. Ces trois personnes ont pu apporter des éléments d’information importants. Elles témoignent avoir été emmenées  à la caserne Loudi. Cette caserne Loudi qui porte le nom d’un général français est une ancienne société de fruits et légumes désaffectée que les militaires ont réquisitionné. Les 10 personnes ont toutes été enfermées dans des chambres froides pendant toute la durée de leur détention. Elles ont toutes été gravement torturées et d’après les trois rescapés  c’était plutôt par sadisme que pour arracher des informations. 

INICIATIVES DE LA FAMÍLIA:  

 La Famille a envoyé une lettre à :

-Monsieur le Président de l'Observatoire des droits de l’homme

-Monsieur le chef du gouvernement

-Une plainte au Monsieur le Procureur de la wilaya de Médéa 

 

RESPOSTES DE LES AUTORITATS:  

 

Aucune réponse n'est donnée par les autorités. 

 

Dades de l'informe
ORGANITZACIÓ:   Le CFDA
DIRECCIÓ DE L'ORGANITZACIÓ:   148, rue faubourg saint Denis-75010-paris-France