COGNOM:   SI BACHIR
NOM:   Kouider
DATA DE NAIXEMENT:   28/01/1967
SEXE:   Masculí
NACIONALITAT:   Algerienne
Dades sobre la desaparició
DATA DE LA DESAPARICIÓ:   26/09/1996
LUGAR DE LA ARRESTACIÓN:   A son domicile
FORCES CONSIDERADES RESPONSABLES DE LA DESAPARICIÓ (FORCES GOVERNAMENTALS O DEPENENT DIRECTA O INDIRECTAMENT DE L'ESTAT):   La police de Ouled Fayet
RELAT DE LA DESAPARICIÓ SEGONS ELS TESTIMONIS:  

 Si Bachir Kouider était maçon à l’APC de Staouali, célibataire, âgé de 29 ans au moment de sa disparition.

Si Bachir Kouider a été arrêté chez lui, dans la nuit du 26 septembre 1996, aux alentours de minuit, par des agents de police d’Ouled Fayet appelés PCO.

Cette nuit là , le quartier a été bouclé, des agents ont sauté par-dessus le mur de la maison pour arriver dans la cour, d’autres sont entrés dans la maison en défonçant la porte. 4 à 5 agents sont entrés dans la maison. Parmi eux il y avait un indicateur cagoulé qu’ils faisaient marcher avec une corde autour du cou.

Kouider dormait, les agents ont tout de suite demandé après lui. Ils ont perquisitionné la maison, ils cherchaient une tronçonneuse qui était chez Benaissa, le frère de Kouider. Les agents n’ont montré aucun papier officiel et ils ont embarqué Kouider, ne lui laissant même pas le temps de s’habiller.

Ils se sont ensuite rendus à Palm Beach chez Benaissa. Ils ont voulu l’arrêter mais l’un des policiers est intervenu pour dire qu’ils avaient pour mission seulement d’arrêter Kouider et de récupérer la tronçonneuse. Ils ont perquisitionné les lieux et pris la tronçonneuse.

Plusieurs personnes dont Bouhadiche, Boufarik, Sassi…ont été arrêtées et ont disparu cette nuit là et les jours suivants.

Selon les indications d’un ex détenu du PCO d’Ouled Fayet,  Kouider aurait été détenu avec lui pendant 4 jours puis il aurait été transféré. La mère s’est rendue là bas, ainsi que dans tous les lieux de détentions, commissariats, casernes et gendarmeries pour avoir des nouvelles de son fils.  De partout la même réponse, Kouider n’était pas chez eux.

La famille n’a plus eu de nouvelles de Kouider, n’a jamais réussi à obtenir des informations sur son lieu de détention.

INICIATIVES DE LA FAMÍLIA:  

 - Lettre au procureur général du tribunal de CHERAGA

- Lettre à l’ONDH

- Lettre à la police de OULED FAYET

-Plainte au tribunal de CHERAGA

RESPOSTES DE LES AUTORITATS:  

 Aucune réponse n'a été donnée par les autorités

Dades de l'informe
ORGANITZACIÓ:   Collectif de Familles de Disparus en Algérie (CFDA)