APELLIDO:   ADJAB
NOMBRE:   Nourredine
FECHA NACIMIENTO:   01/01/1976
SEXO:   Masculino
CIUDAD DE RESIDENCIA:   Shaoula, wilaya d'Alger
NATIONALITÉ:   Algerienne
Datos sobre la desaparición
FECHA DESAPARICIÓN:   14/02/1995
LUGAR DE LA ARRESTACIÓN:   A un arrêt d’autobus à Shaoula, dans la wilaya d’Alger
FUERZAS ARMADAS SUPUESTAMENTE RESPONSABLES DE LA DESAPARCIÓN:   Des gendarmes
HISTOIRE DE LA DISPARITION SELON LES TÉMOINS:  

Nourredine Adjab était menuisier. Célibataire, il vivait au domicile familial à Tribou Méridja, à Shaoula, dans la wilaya d’Alger.

Le 14 février 1995, Nourredine est parti faire des courses et n’est jamais revenu. 

En chemin, Nourredine rencontre son frère Aziz, en voiture, qui lui propose de le déposer, mais Nourredine lui dit qu’il attend un ami. Aziz, qui venait de démarrer pour repartir, aperçoit soudain des gendarmes qui surgissent de nulle part, se jettent sur Nourredine, l’empoignent et le menottent. D’après les témoignages, ce dernier aurait été emmené à la gendarmerie de Shaoula.

Le lendemain, le frère de Nourredine se rend à la gendarmerie, mais les gendarmes nient avoir arrêté Nourredine.

Parmi les gendarmes qui ont procédé à l’arrestation, des témoins en ont reconnu deux d’entre eux : « Japoné Djillali » et « Houcine ».

Un mois après, un membre de la famille a également été arrêté et conduit dans la même gendarmerie. Il dit avoir reconnu la voix de Nourredine criant le nom de ses parents. Il dit par ailleurs l'avoir croisé une fois, Nourredine ayant par la suite été transféré, d’après le témoin, dans un endroit inconnu.

Le témoin a été relâché mais la famille n'a aucune nouvelle de Nourredine depuis. 

INITIATIVES DE LA FAMILLE:  

La famille du disparu a déposé une plainte en 1995 auprès du Tribunal de Blida, et en 1998 auprès du Tribunal de Boufarik.

Des lettres ont également été envoyées par la famille à la gendarmerie de Shaoula et de Baba Hacene, au Ministre de la Justice, au Ministre de la Défense, au Chef du Gouvernement, au Président de la République et à la CNCPPDH (Commission Nationale Consultative de Promotion et de Protection des Droits de l’Homme).

RÉPONSE DES AUTORITÉS:  

Aucune

Datos sobre el informe
ORGANIZACIÓN QUE RECIBE EL INFORME:   Collectif des familles de disparu(e)s en Algérie (CFDA)
DIRECCIÓN DE LA ORGANIZACIÓN:   112 rue de Charenton, 75012 Paris, France
FECHA DE CREACIÓN DEL INFORME:   06/08/2014