NOM:   AGGOUNE
PRÉNOM:   Mohamed
DATE DE NAISSANCE:   22/10/1965
SEXE:   Masculin
VILLE DE RESIDENCE:   Cité Si M’Hmed Bouguerra , Ain El H’djar, wilaya de Tipaza
NATIONALITÉ:   Algerienne
Disparition
DATE DE LA DISPARITION:   09/08/1994
LIEU DE L'ARRESTATION OU ENLÈVEMENT, OU LIEU OÙ LA PERSONNE DISPARUE A ÉTÉ VUE POUR LA DERNIÈRE FOIS.( VILLE / RÉGION):   Devant son domicile
FORCES SUPPOSÉES RESPONSABLES DE LA DISPARITION (FORCES GOUVERNEMENTALES OU DÉPANT DIRECTEMENT OU INDIRECTEMENT DE L'ETAT):   Des gendarmes
HISTOIRE DE LA DISPARITION SELON LES TÉMOINS:  

Mohamed était commerçant et préparait son mariage qui devait être célébré très prochainement. Il vivait dans la cité Si M’Hamed Bouguerra, Ain El H’djar, dans la wilaya de Tipaza. Mohamed a disparu le 9 août 1994.

Il était 20 heures, Mohamed se trouvait avec Gherdis, un cousin éloigné de la famille Aggoune qui était garde communal.Gherdis lui avait proposé de lui acheter des marchandises. A bord de la voiture de Mohamed, Gherdis l’a emmené dans un endroit discret. Une fois arrivé, Gherdis s’absente un moment en disant à Mohamed qu’il serait de retour dans peu de temps. C’est alors que Gherdis fait signe à des gendarmes en civil qui étaient cachés. Ces derniers sortent de leur cachette, se dirigent vers Mohamed et l’arrêtent.

L’apprenti de Mohamed, Salem, se trouvait également avec eux ce jour-là. Il n’a pas été arrêté mais a mis 6 ans avant de témoigner de ce qu'il s’était passé.

Mohamed a été emmené à la gendarmerie de Fouka, et depuis personne ne l’a jamais revu. Le lendemain, le père de Mohamed a retrouvé la camionnette de son fils dans un entrepôt.

Gherdis a toujours nié les faits, et la famille n’a plus aucun contact avec lui.

Mohamed Aggoune avait deux frères qui sont également portés disparus : Nasser et Hakim.

INITIATIVES DE LA FAMILLE:  

Le père de Mohamed a déposé une plainte au Procureur Général du tribunal de Koléa le 16 mars 1997.

Le père a fait une demande de jugement de disparition au tribunal de Koléa à la chambre des affaires individuelles le 24 octobre 2004 et le 8 mai 2005.

Le 7 janvier 2007, plusieurs plaintes ont été envoyées par la famille au Ministre de l’Intérieur, au Ministre de la Justice, au Président de la République, au Chef du Gouvernement, à la CNCPPDH (Commission Nationale Consultative de Promotion et de Protection des Droits de l’Homme), et à Kamel Rezzak Barra conseiller à la Présidence.

RÉPONSE DES AUTORITÉS:  

Un constat de disparition a été reçu le 12 mai 2006.

Rapport
ORGANISATION:   Collectif des familles de disparu(e)s en Algérie (CFDA)
ADRESSE DE L´ORGANISATION:   112 rue de Charenton, 75012 Paris, France
DATE :   06/08/2014