NOM:   BOUDERHEM
PRÉNOM:   Djelloul
DATE DE NAISSANCE:   30/06/1970
SEXE:   Masculin
VILLE DE RESIDENCE:   Khemis el Khechna, Boumerdes
Disparition
DATE DE LA DISPARITION:   01/01/1995
LIEU DE L'ARRESTATION OU ENLÈVEMENT, OU LIEU OÙ LA PERSONNE DISPARUE A ÉTÉ VUE POUR LA DERNIÈRE FOIS.( VILLE / RÉGION):   A un arrêt de bus dans le centre de Larbatache
FORCES SUPPOSÉES RESPONSABLES DE LA DISPARITION (FORCES GOUVERNEMENTALES OU DÉPANT DIRECTEMENT OU INDIRECTEMENT DE L'ETAT):   Des miliciens (surnommés les "Patriotes")
HISTOIRE DE LA DISPARITION SELON LES TÉMOINS:  

Djelloul était célibataire et vivait au domicile familial à Khemis El Khechna. Il était fonctionnaire de la Société Nationale de plastique.  

Une semaine avant sa disparition, il avait été arrêté par des miliciens (les "Patriotes") alors qu’il se trouvait au marché. Il avait été emmené au poste avant d’être relâché dans la soirée. Ils l’avaient torturé pour le forcer à dire qu’il approvisionnait les terroristes en denrées alimentaires.

Le 1er janvier 1995 vers 14h, Djelloul sort du travail et se rend à l’arrêt de bus dans le centre de Larbatache pour rentrer chez lui. Il est en compagnie de son voisin, GUERDOUBA Brahim.

Un Patriote connu de tous, BOUZIANE Mohamed habitant à Ouled Moussa, arrête Djelloul. Il lui ordonne de le suivre au bureau des Patriotes. Brahim lui n’est pas arrêté. Plus tard dans la journée, il va prévenir la famille de Djelloul de son arrestation.

Le lendemain, la famille se rend au bureau des Patriotes mais ces derniers nient la présence de Djelloul dans leur bureau. Le surlendemain, le père y retourne et voit Djelloul les mains menottées, entre deux patriotes qui l’emmènent au d’El Kasma. Son père intervient, cherchant à savoir où ils emmènent son fils et pourquoi il avait été arrêté. Les Patriotes le menacent de lui tirer dessus s’il ne quitte pas les lieux. Depuis lors, il n’a plus revu son fils.

A plusieurs reprises, les militaires ont perquisitionné le domicile familial ainsi que les maisons du quartier. Une semaine après la disparition de Djelloul, son cousin GUERDOUBA Ayache a été arrêté puis libéré au bout d’une semaine.

Cinq ans après la disparition de Djelloul, une personne venue de Boudouaou qui a tenu à garder l’anonymat, a rencontré l’oncle du disparu, BOUDERHEM Ahmed. Cet homme était venu spécialement pour informer la famille que Djelloul était détenu au centre de Boudouaou et que lui aussi avait été détenu dans ce centre. Selon lui, Djelloul lui avait demandé de prévenir sa famille qu’il était toujours vivant. A la suite de cette nouvelle, le père du disparu s’est immédiatement rendu au centre de Boudouaou pour voir son fils mais les agents ont affirmé qu’il n’était pas détenu ici. 

INITIATIVES DE LA FAMILLE:  

La famille a effectué de nombreuses recherches : au poste des Patriotes, à la caserne Haouch Djouin, à la gendarmerie de Khemis El Khechna, à la gendarmerie de Larbatache et au commissariat de Boudouaou, sans obtenir de résultats.

La père et la sœur du disparu se sont aussi rendus au tribunal de Tizi Ouzou et au tribunal militaire de Blida. On leur a répondu que Djelloul n’avait pas été arrêté.

La famille a contacté l’Observatoire National des Droits de l’Homme.

Une plainte datée du 24 septembre 2008 a été adressée par la sœur du disparu au Procureur de la République près le tribunal de Blida. Cette même plainte a été envoyée au Ministre de l’Intérieur, au Président de la CNCPPDH et au Président de la République.

Un rappel daté du 4 septembre 2013 a été adressé au Procureur de la République près le tribunal de Rouiba. Ce rappel a été envoyé au Ministre de l’Intérieur, au Président de la CNCPPDH et au Président de la République.

RÉPONSE DES AUTORITÉS:  

Aucune réponse n'a été donnée par les autorités.

Rapport
ORGANISATION:   Collectif des Familles de Disparus en Algérie
ADRESSE DE L´ORGANISATION:   112 rue de Charenton 75012-Paris-France
DATE :   11/04/2014