NOM:   AGGOUNE
PRÉNOM:   Hakim
DATE DE NAISSANCE:   03/09/1974
SEXE:   Masculin
VILLE DE RESIDENCE:   Tipaza
NATIONALITÉ:   Algerienne
Disparition
DATE DE LA DISPARITION:   26/12/1994
LIEU DE L'ARRESTATION OU ENLÈVEMENT, OU LIEU OÙ LA PERSONNE DISPARUE A ÉTÉ VUE POUR LA DERNIÈRE FOIS.( VILLE / RÉGION):   Dans les champs, à Fouka
FORCES SUPPOSÉES RESPONSABLES DE LA DISPARITION (FORCES GOUVERNEMENTALES OU DÉPANT DIRECTEMENT OU INDIRECTEMENT DE L'ETAT):   Des gendarmes
HISTOIRE DE LA DISPARITION SELON LES TÉMOINS:  

Hakim Aggoun était célibataire. Il travaillait comme fermier dans une ferme à Fouka. Il vivait dans la cité Si M’Hamed Bouguerra, à Aïn El H’djar dans la wilaya de Tipaza.

Le jour de sa disparition, le 26 décembre 1994, Hakim travaillait dans les champs. En début d’après-midi, Hakim était occupé à charger des cageots de tomates dans sa fourgonnette, quand trois gendarmes, dont le chef de brigade « Zoubir », viennent le chercher en prétextant qu’il s’agissait de sa convocation pour le service militaire.  Hakim devait en effet débuter son service quelque jours plus tard.

Il a été emmené à la brigade puis à la gendarmerie de Bou Ismaïl. Sa fourgonnette, ainsi que les légumes qu’elle contenait ont été perquisitionnés par les gendarmes.

Le cousin d’Hakim était présent ce jour-là car il travaillait également au champ. Il a été témoin de l’arrestation mais n’a jamais parlé car il avait été menacé de représailles.

Le père de Hakim directement porté plainte et s’est rendu à la brigade de Fouka, où il a été menacé pour le dissuader de poursuivre ses recherches. 

Les deux frères de Hakim ont été arrêtés 1 an plus tard, il s’agit de Mohamed et Nasser Aggoun.

INITIATIVES DE LA FAMILLE:  

Le père de Hakim, Kaddour, a porté plainte auprès du Procureur Général du tribunal de Koléa le 16 mars 1997. 

Une demande de jugement de disparition a été faite par le père de Hakim devant le tribunal de Koléa.

Le 1er janvier 2007, le père a envoyé plusieurs plaintes au Ministre de l’Intérieur, au Ministre de la Justice, au Président de la République, au Chef du Gouvernement, à la CNCPPDH et à Kamel Rezzak Barra, conseiller à la présidence.

RÉPONSE DES AUTORITÉS:  

Le 14 mars 2002, un procès-verbal de non-lieu a été délivré par un huissier.

Un constat de disparition a été reçu par la famille de Hakim le 12 mai 2006.

Rapport
PRÉNOM:  Fatima
LIEN AVEC LA PERSONNE DIPARUE:  la mère
ORGANISATION:   Collectif des familles des disparus en Algérie
ADRESSE DE L´ORGANISATION:   112 rue de charenton, 75012, Paris, France
DATE :   14/12/2015