NOM:   SMAHI
PRÉNOM:   El mahdi
DATE DE NAISSANCE:   26/10/1948
SEXE:   Masculin
VILLE DE RESIDENCE:   Honaine
Disparition
LIEU DE L'ARRESTATION OU ENLÈVEMENT, OU LIEU OÙ LA PERSONNE DISPARUE A ÉTÉ VUE POUR LA DERNIÈRE FOIS.( VILLE / RÉGION):   dans son atelier tout près de son domicile
FORCES SUPPOSÉES RESPONSABLES DE LA DISPARITION (FORCES GOUVERNEMENTALES OU DÉPANT DIRECTEMENT OU INDIRECTEMENT DE L'ETAT):   Agents en civil accompagnés de gendarmes
HISTOIRE DE LA DISPARITION SELON LES TÉMOINS:  

En ce jour du 29 novembre 1994, El Mehdi était dans son atelier qui se trouve juste à côté de la maison. Tout à coup, vers 10 heures du matin, la famille découvre que le quartier est encerclé par des gendarmes en uniformes et des agents en civil probablement des agents de la police judiciaire. Les agents en civils étaient 5, les gendarmes très nombreux. C’étaient les gendarmes de Honaine, la brigade est située à quelques mètres de la maison.

La famille a appris plus tard, qu’en premier lieu, les agents en civil s’étaient présentés à la gendarmerie pour informer les gendarmes qu’ils allaient arrêter Smahi El Mehdi. Les gendarmes les ont donc accompagnés.

Ils ont été nombreux à rentrer dans la maison. Ils ont fouillé toute la maison ainsi que l’atelier. Ils ont pris certains objets  dans l’atelier mais la famille n’a pas eu le temps de voir ce que c’était. Ils ont pris la voiture, une renaut18 du garage, et 60 000 DA dans la maison.

Ils n’ont pas présenté leurs cartes, ils ont seulement dit à l’épouse « Madame assied toi et tais toi ». Le chef s’appelle FRID et l’adjoint BOUAMFA.

Ils n’ont pas cagoulé El Mehdi comme ça se passe d’habitude, ni menotté ni insulté. Ils ont dit à la famille qu’il sera relâché dans 1heure. Ils l’ont emmené à la gendarmerie de Honaine, puis El Mehdi a été transféré par la suite vers une destination inconnue de la famille.

Ce jour là, ils ont arrêté 7 autres personnes, et conduites au commissariat central de Tlemcen. Elles ont été jugées quelques mois plus tard et relachées. Elles disent toutes, qu’elles ont laissé El Mehdi au commissariat central. Les frères du disparu sont allés au commissariat central de Tlemcen, les policiers ont niés et ont dit « partez sinon on va vous mettre en prison ».

La mère a porté plainte pour vol et enlèvement, la requête a abouti. Deux des responsables ont été condamné à 3 ans de prison.

La mère a appris que l’arrestation de son fils a été causée par un terrain leur appartenant sur lequel un accrochage a eu lieu et un policier a été blessé.  Cet évènement a eu lieu 15 jours avant l’arrestation d’El Mehdi.

Après la Charte, la famille a reçu une attestation comme quoi Mehdi a été tué dans un groupe armé, la famille refuse cette attestation. La famille a déposé le dossier mais pour l’instant n’a pas eu de réponse.

 

INITIATIVES DE LA FAMILLE:  

 -Plainte au procueur général de cour  Erramchi wilaya de Tlemcen

-Plainte au procureur de larépublique pour enlévement et vol au tribunal de Tlemcen et Alger

-Dépose le dossier au collectif des familles disparus

RÉPONSE DES AUTORITÉS:  

 Les trois principaux accusés ont été condamnés de trois années de prison pour le commissaire Mustapha Bouarf, l'inspecteur de police Chouaib Farid et trois années pour les quatre agents de police (Othmani Sidi Mohamed, Fkier Noureddine, Abdelkader Saidouni et Abdelhafid Hamouni) qui ont participé a l'enlévement de El Mahdi Smahi et les quatre autre personnes le 29/11/1994, le commissaire principal Abderrahmane Doulane a été condamné a 20 années de prison par contumace