NOM:   RAKLA
PRÉNOM:   Boulerbague
DATE DE NAISSANCE:   12/05/1947
SEXE:   Masculin
NATIONALITÉ:   Algerienne
Disparition
LIEU DE L'ARRESTATION OU ENLÈVEMENT, OU LIEU OÙ LA PERSONNE DISPARUE A ÉTÉ VUE POUR LA DERNIÈRE FOIS.( VILLE / RÉGION):   A son domicile
FORCES SUPPOSÉES RESPONSABLES DE LA DISPARITION (FORCES GOUVERNEMENTALES OU DÉPANT DIRECTEMENT OU INDIRECTEMENT DE L'ETAT):   Des Militaires
HISTOIRE DE LA DISPARITION SELON LES TÉMOINS:  

RAKLA Boulerbague né le 12 mai194. Marié et père de sept enfants, il était agriculteur.

En juin 1994, Boulerbague était chez lui lorsqu’un certain nombre de militaires en tenues officielles et armés - un convoi relativement important- sont arrivés au village où il résidait. Les militaires avait laissé leurs véhicules à l’entrée du chemin Ain El Kahla car le village à El Meftahia se trouvait isolé du reste des villages avoisinants et ont continué leur route à pied 

Cinq à six militaires se sont présentés chez RAKLA Boulerbague, pour s’informer sur ses cousins qui étaient au maquis.

RAKLA Benlerbague les a informés qu’il n’avait plus de nouvelles d’eux. Un des militaires lui a demandé alors de lui montrer sa pièce d’identité. Une fois que la carte d’identité a été contrôlé, les militaires sont repartis pour ratisser un maquis qui se trouvait non loin du domicile des RAKLA. Une heure et demie plus tard, les mêmes militaires sont revenus au domicile de Boulerbague, mais sans faire irruption dans le domicile. Un des militaires a appelé RAKLA Benlerbague  de l’extérieur. Ce dernier s’est montré à la fenêtre et le militaire lui a demandé de sortir et de les suivre.

Deux cousins ont également été arrêtés en même temps que Boulerbague. Il s’agit de Djabri RAKLA et Kouider RAKLA qui était venu de l’étranger pour passer les vacances avec sa famille. Les militaires ont arraché le turban de Boulerbague qu’il portait sur sa tête, ils l’ont coupé en trois pour leur attaché les mains puis ils les ont menés jusqu’au convoi et le sont embarqués.

La famille de Boulerbague le sont suivis à pieds jusqu’à quelques mètres de la sortie de l’autoroute.

Quinze jours plus tard, Kouider RAKLA  a été relâché après avoir été gravement torturé. Il a informé la famille RAKLA qu’il avait été détenu à la caserne dite « KAMORA » à Boughar, dans la wilaya de Médéa et qu’il y avait laissé Boulerbague en vie.

C’est seulement en 2004, que la famille a commencé à faire des démarches pour retrouver Boulerbague, car à l’époque la région était isolée, aucun poste de la gendarmerie ou de police ne se trouvait dans la région. De plus la famille avait peur de par la présence des groupes armés et des militaires qui ratissaient les maquis qui entouraient les villages.

INITIATIVES DE LA FAMILLE:  

 

RÉPONSE DES AUTORITÉS:  

 

Rapport
ORGANISATION:   Collectif de Familles de Disparus en Algérie (CFDA)