NOM:   AKROUN
PRÉNOM:   Djamel
DATE DE NAISSANCE:   24/02/1958
SEXE:   Masculin
NATIONALITÉ:   Algerienne
Disparition
DATE DE LA DISPARITION:   17/07/1996
LIEU DE L'ARRESTATION OU ENLÈVEMENT, OU LIEU OÙ LA PERSONNE DISPARUE A ÉTÉ VUE POUR LA DERNIÈRE FOIS.( VILLE / RÉGION):   a été arrêté à son quartier
FORCES SUPPOSÉES RESPONSABLES DE LA DISPARITION (FORCES GOUVERNEMENTALES OU DÉPANT DIRECTEMENT OU INDIRECTEMENT DE L'ETAT):   Des policiers
HISTOIRE DE LA DISPARITION SELON LES TÉMOINS:  

 Djamel était magasinier dans une entreprise de transport. Le 17 juillet, Djamel est rentré du travail et a emmené les enfants à la plage des Sablettes, près de chez lui. En revenant, ils ont mangé tous ensemble puis vers 20 heures, il s’est rendu à la mosquée de Sidi Ramdane, à proximité de la maison, comme il le fait pratiquement tous les soirs pour faire sa prière.

Tout à coup, Djamel est revenu chez lui pour prendre sa pièce d’identité. Il avait l’air contrarié et marmonnait : « Qu’est ce qu’ils me veulent encore ? ». Il est ressorti en emmenant ses papiers d’identité. Sa femme l’a attendu et commençait vraiment à s’inquiétait car de plus le couvre-feu était à partir de 22 heures, mais il n’est pas revenu.

Elle a reçu par la suite des informations de la part de voisins que son mari avait été arrêté et qu’il était détenu au commissariat du 1er arrondissement. Il aurait été transféré par la suite au commissariat du 5ème arrondissement à Bab El Oued ou il aurait été torturé

Dès que cette famille a commencé à déposer plainte, les policiers sont venus plusieurs fois chez elle, ensuite ce fut les gendarmes et les policiers. La mère de Djamel quant à elle, s’est faite agressé par un policier lors de ses recherches. En effet, elle a été traîné de force dans un commissariat, le policier lui disant « tu veux voir où est ce qu’il est ton fils ? Tu vas voir » Il l’a traîné dans une cellule, et là elle s’est évanouie de peur. 

INITIATIVES DE LA FAMILLE:  

- Plainte au ministre de la justice.

- Plainte à l'ONDH.

- Plainte à CNCPPDH.

- Un jegement de disparition à été obtenu .

- Lettre au pésident de la république .

- Lettre au procureur de la république.

RÉPONSE DES AUTORITÉS:  

 Aucune réponse n'est donnée par les autorités.

Rapport
ORGANISATION:   Collectif de Familles de Disparus en Algérie (CFDA)